Conteur d'images Conteur d'images

David Fabrega was born in France in 1976. Graduated from the School of Journalism and Communication of Marseille, he emigrated to Canada in 2005. In 2010, he starts Conteur d’images Productions in order to produce international photo stories and documentary films. For 10 months, he traveled through 10 countries to shoot photos and videos of the most innovative projects implemented to preserve the biodiversity on earth. Endorsed by the United Nations International Year of Biodiversity, his first feature film A Biodiversity Odyssey was released in 25 Canadian cinemas. Today, David Fabrega devotes himself to the production of new photo stories, documentary films, corporative and music videos and fiction short movies. His recent work in Cuba on transgender artists of Santa Clara has been published in several known Canadian newspapers and magazines, such as Le Devoir and Urbania.

Collections created

Thumb sm
Cuba's New Entrepreneurs
Santa Clara, Cuba
By Conteur d'images
02 Apr 2015

In Santa Clara, like in many Cuban cities, reforms passed by the Cuban government authorizing private property, most often associated with the liberalization of the economy, gave birth to a new phenomenon: the transformation of family houses into shops and businesses of all kinds. 

FULL ARTICLE AVAILABLE UPON REQUEST
---------------------------------------------------------------------

Les nouveaux entrepreneurs de Cuba


À Cuba, les récentes réformes sur l’accès à la propriété, les voyages à l’étranger et la libéralisation du commerce ont donné naissance à un phénomène de société qui prend chaque jour plus d’ampleur dans les villes : la transformation des maisons familiales en boutiques.

ARTICLE COMPLET DISPONIBLE SUR DEMANDE

Frame 0004
Web série L'odyssée de la biodiversité
Montreal
By Conteur d'images
31 Dec 2012

Afin de célébrer la Décennie des Nations Unies pour la biodiversité 2011-2020, un environnementaliste et un photojournaliste canadiens parcourent 10 pays en 300 jours pour rapporter les solutions les plus innovantes mises en place par les peuples du monde pour préserver la biodiversité de notre planète. Un fabuleux voyage à travers l’Amazonie, le désert d’Arabie, la Cordillère des Andes, l’Océan Pacifique et plus encore !

English version available upon request.

Long-format documentary version upon request.

Thumb sm
Gayrillas Storm the Stage
Santa Clara
By Conteur d'images
01 Dec 2013

ENGLISH - In Cuba, the transsexual community is persecuted by authorities, but resistance is strong in the city of Santa Clara. Here the arts are serving the cause of social integration at a theatre called El Mejunje.

FRANÇAIS - À Cuba, la communauté transsexuelle est persécutée par les autorités, mais résiste dans un théâtre de la ville de Santa Clara, El Mejunje, qui utilise les arts de la scène comme moyen d’intégration sociale.

ESPANOL - En Cuba, la comunidad transexual está perseguida por las autoridades, pero resiste en un teatro de la ciudad de Santa Clara, El Mejunje, que utiliza las artes escénicas como medio de integración social.

Media created

Frame 0004
A Biodiversity Odyssey
montreal
By Conteur d'images
05 Sep 2015

To celebrate the United Nations Decade on Biodiversity 2011-2020, an environmentalist and a photojournalist visited 10 countries in 300 days in order to discover the most innovative solutions implemented by the peoples of the world to preserve the biodiversity of our planet. A fabulous educational journey through the Amazon, the Arabian desert, the Andes, the Pacific Ocean and more!

Thumb sm
Cuba's New Entrepreneurs 19
Santa Clara
By Conteur d'images
19 Mar 2015

A native of Santa Clara, Dianevis has linen garments manufactured in Trinidad and sells them on her doorstep. Recently, the construction of a luxury hotel started just above the road that passes in front of her house. The prospect of this massive influx of tourists makes her happy because her business is going to grow exponentially.

Originaire de Santa Clara, Dianevis fabrique à Trinidad des vêtements en lin et les vend sur le pas de sa porte. Depuis peu, un hôtel de luxe se construit juste au dessus du chemin qui passe devant sa maison. La perspective de cette arrivée massive de touristes la réjouit car son commerce va ainsi se développer de façon exponentielle.

Thumb sm
Cuba's New Entrepreneurs 18
Santa Clara
By Conteur d'images
22 Mar 2015

David is a former professor of English at the University of Santa Clara. Tired of working for state academia, he opened his own language school on the first floor of his aunt's house, currently under construction. He alternates teaching French, English and German.

David est un ancien professeur d'anglais de l'Université de Santa Clara. Lassé de travailler pour l'État de façon trop académique, il a ouvert sa propre école de langues au premier étage de la maison de sa tante encore en construction. Il y enseigne en alternance le Français, l'Anglais et l'Allemand.

Thumb sm
Cuba's New Entrepreneurs 17
Santa Clara
By Conteur d'images
26 Mar 2015

The happy owner of a large freezer in good condition, José opened a tiny butcher shop in his kitchen. The main window opens on a street corner with heavy traffic, thus he has no trouble finding customers who naturally stop in front of his home early in the morning or returning home after their working day.

Heureux propriétaire d'un grand congélateur en bon état de marche, José a ouvert il y a peu une boucherie dans la cuisine de sa maison dont la fenêtre principale ouvre sur un coin de rue à fort passage. Il n'a ainsi aucun mal à trouver des clients qui s'arrêtent naturellement devant chez lui en quittant leur domicile le matin ou en rentrant chez eux après leur journée de travail le soir.

Thumb sm
Cuba's New Entrepreneurs 16
Santa Clara
By Conteur d'images
22 Mar 2015

Formerly a cook in a hotel, Bolo became a tailor and opened a sewing workshop at home. In his small house, he repairs clothes and shoes for the people of his neighbourhood and also manufactures custom clothes from recycled fabric scraps.

Ancien cuisinier dans un hôtel, Bolo est aujourd'hui tailleur et a ouvert son atelier de couture à domicile. Dans sa petite maison composée d'une seule pièce il répare les vêtements des habitants de son quartier et confectionne des vêtements sur mesure à partir de chutes de tissu recyclés.

Thumb sm
Cuba's New Entrepreneurs 15
Santa Clara
By Conteur d'images
03 Mar 2015

Juan Ramon, a resident of the small town of Remedios, built a pension for fighting roosters on his land. The 17 roosters are trained, cared for and housed in the shadows of long wooden houses. Juan Ramon does not ask the roosters' oweners for direct compensation, but takes 20% of each bet won in battle. He plucks the roosters in the back, torso and thighs to prevent them from sweating. This also makes their wounds more visible during the battle in order to stop the fight in time.

Juan Ramon, lui aussi résidant de Remedios, a construit une pension pour coqs de combat sur son terrain. Les 17 coqs de sa pension sont entrainés, soignés et logés dans des cases particulières à l’ombre de longues maisonnettes de bois. il ne demande pas de rémunération directe aux propriétaires des coqs mais prend 20% de chaque mise remportée lors des combats. Il déplume les coqs au niveau du dos, du torse et des cuisses pour leur éviter de transpirer. Cela permet également que les blessures soient plus visibles afin d’arrêter les combats à temps.

Thumb sm
Cuba's New Entrepreneurs 14
Santa Clara
By Conteur d'images
11 Feb 2015

The poorest Cubans - like Éduardo, who lives in the historic city of Trinidad - are victims of a disturbing trend emerging with the advent of private property: home evictions. He makes a living selling recovered mechanical parts and has occupied a room for free in his neighbour's house for more than fifteen years. Unfortunately, he must now leave the house because his neighbour wants to transform it into a souvenir shop for tourists.

Revers de la médaille, les cubains les plus pauvres comme Éduardo, qui réside dans la ville historique de Trinidad au sud de Santa Clara, sont victimes d’un phénomène inquiétant en train d’émerger avec l’avènement des propriétés privées : les expulsions mobilières.
Vivant de la vente de pièces mécaniques récupérées et occupant gracieusement depuis plus de quinze ans une pièce de la maison de son voisin, il doit aujourd’hui partir car celui-ci veut la rénover pour y installer une boutique de souvenirs pour les touristes.

Thumb sm
Cuba's New Entrepreneurs 12
Santa Clara
By Conteur d'images
02 Mar 2015

The phenomenon of family houses transformed into shops also affects the countryside. In the small village of Remedios, north of Santa Clara, Dixie has just started a pig farm in the backyard of her house. Since Fidel Castro nationalized all the farms in 1959, raising cattle at home was simply unthinkable. Now Dixie can sell her hogs - the main source of protein in the Cuban diet - for between 80 and 100 dollars each.

Le phénomène des maisons familiales transformées en boutiques touche aussi la campagne. Dans le petit village de Remedios, au nord de Santa Clara, Dixie vient de commencer un élevage de porcs dans la cour arrière de sa maison. Depuis 1959 et la nationalisation de toutes les exploitations agricoles par Fidel Castro, élever du bétail chez soi était tout simplement impensable. Aujourd’hui elle peut vendre ses porcs - principale source des protéines dans l’alimentation cubaine - entre 80 et 100 dollars chacun.

Thumb sm
Cuba's New Entrepreneurs 11
Santa Clara
By Conteur d'images
23 Feb 2015

A new homeowner, Emilio pays the Cuban state $15 a month for the right to use his home for commercial purposes. He decided to offer his auto mechanic services to the few people who own a car. Most models that he repairs are American cars from the 50s, and he must therefore show great ingenuity to overcome the shortage of spare parts - a direct consequence of the US embargo.

Nouvellement propriétaire de son logement, Émilio paye à l’état cubain 15 dollars par mois pour avoir le droit de l’utiliser à des fins commerciales. Il a décidé d’offrir dans son garage des services de mécanique auto aux quelques habitants qui possèdent une voiture. La plupart des modèles qu’il répare sont des voitures américaines des années 50. Il doit donc faire preuve d’une grande ingéniosité pour pallier à la pénurie de pièces de rechange dont l’importation est bloquée par l’embargo américain.

Thumb sm
Cuba's New Entrepreneurs 13
Santa Clara
By Conteur d'images
19 Feb 2015

Since 10 November 2011, a new law has allowed Cuban citizens and permanent residents of the island to buy and sell homes. Even if they can not own more than two houses, one in the city and another in the countryside, this measure already promotes the emergence of a new upper class in the Cuban society. Christina, who transformed her salon into a furniture and antique shop for tourists, plans to sell her large colonial-style house 80,000 dollars.

Depuis le 10 novembre 2011, une nouvelle loi autorise les citoyens cubains et les résidents permanents de l'île à acheter et vendre des maisons. Même s’ils ne peuvent pas posséder plus de deux maisons, une en ville et une autre à la campagne, cette mesure favorise déjà l’émergence d’une nouvelle classe sociale financièrement aisée. Christina, qui a ouvert dans son salon une boutique de mobilier antique pour les touristes, prévoit de vendre sa grande maison de style colonial 80 000 dollars à un expatrié de retour au pays.

Thumb sm
Cuba's New Entrepreneurs 09
Santa Clara
By Conteur d'images
04 Feb 2015

Gabriel is an independent artist, most of whose clients are gay, a feature that would have earned him a prison stay only a few years ago. Today, his bedroom has been converted into a tattoo boutique where he can practice his art freely. In 2008 Mariela Castro - daughter of the current president Raul Castro and director of the National Center for Sex Education of Cuba - approved a major law recognizing the rights of lesbians, gays, bisexuals and transsexuals.

Gabriel est un artiste indépendant dont la plupart des clients sont homosexuels, caractéristique qui lui aurait valu un séjour en prison il y a seulement quelques années. Aujourd’hui, sa chambre à coucher a été transformée en salon de tatouage où il peut exercer son art en toute liberté. Il doit en partie cela à Mariela Castro, fille de l’actuel président Raoul Castro et directrice du Centre national d'éducation sexuelle de Cuba, qui a fait approuver en 2008 une loi majeure reconnaissant les droits des lesbiennes, gays, transsexuels et bisexuels.

Thumb sm
Cuba's New Entrepreneurs 10
Santa Clara
By Conteur d'images
12 Feb 2015

Thanks to reforms that gradually liberalize the economy, the purchasing power of the people of Santa Clara has increased, and they are now able to buy new bicycles made in a local factory on the outskirts of the city. Consequently, Yohany decided to transform her living room into a parking lot overlooking the street. The owners of bikes pay 25 cents an hour for the new service.

Grâce aux reformes qui libéralisent peu à peu l’économie, le pouvoir d’achat des habitants de Santa Clara augmente et ils sont aujourd’hui plus nombreux à pouvoir acheter des bicyclettes neuves, fabriquées dans une usine locale en périphérie de la ville. Yohany a donc décidé de transformer son salon donnant sur la rue en parc de stationnement. Les propriétaires des vélos, soucieux de ne pas se faire voler leur nouvelle acquisition pendant qu’ils font leur épicerie, payent 25 cents de l’heure pour que Yohany veille.

Thumb sm
Cuba's New Entrepreneurs 07
Santa Clara
By Conteur d'images
17 Feb 2015

Cuban authorities are not very concerned about the origin of the products, however they are very strict in terms of sales taxes. Thus, an amount of $ 1,000 is requested each month to sell shoes against $ 200 for the sale of clothing. Added to this, some traders like Lidya don't have enough space in their house and pay up to $ 150 per month in rent for another house in which they operate their business.

Si les autorités cubaines ne sont pas très regardantes quant à la provenance des produits, elles sont en revanche très strictes en matière de taxes sur les ventes. Ainsi, un montant de 1000 dollars est demandé chaque mois pour avoir le droit de vendre des chaussures contre 200 dollars pour la vente de vêtements. Ajouté à cela, certains commerçants comme Lidya peuvent payer jusqu’à 150 dollars de loyer par mois car la maison dans laquelle ils exploitent leur commerce est celle d’un voisin, la leur étant trop petite.

Thumb sm
Cuba's New Entrepreneurs 08
Santa Clara
By Conteur d'images
10 Feb 2015

Carmen and Eldio opened a pizzeria in the kitchen of their home overlooking the street. Despite the simplicity of their pizzas - made with only paste, tomato puree and processed cheese - they remain dependent on shipments of processed food from abroad, which are still heavily rationed. Their menu board often remains blank for several days, except for coffee and local fruit juices.

Carmen et Eldio ont ouvert un restaurant pizzeria dans la cuisine de leur maison qui donne sur la rue. Malgré la simplicité de leurs pizzas – composées seulement de pâte, de purée de tomate et de fromage industriel – ils restent dépendants des arrivages de produits alimentaires usinés en provenance de l’étranger, toujours rationnés. Leur panneau de bois à côté de la porte, qui fait office de menu, peux donc rester vide, à l’exception du café et des jus de fruits locaux, pendant plusieurs jours.

Thumb sm
Cuba's New Entrepreneurs 05
Santa Clara
By Conteur d'images
08 Feb 2015

Lorenzo turned his dining room into a hairdressing salon. He argues that restrictive trade relations with the United States have a positive side since they prevent the installation of powerful foreign brands on the island, allowing the rise of Cuban entrepreneurship and the success of local businesses. For him, this perspective has even a taste of social revenge, since before 1960 and the law of Fidel Castro against racial segregation, Blacks were often exploited and confined to agricultural tasks.

Lorenzo a transformé sa salle à manger en salon de coiffure. Il affirme que la restriction des relations commerciales avec les États-Unis s’avère aujourd’hui bénéfique puisqu’elle empêche l’installation sur l’île de puissantes enseignes étrangères, favorisant ainsi l’entreprenariat et les futures "success story" d’entreprises locales. Pour lui, cette perspective a même un goût de revanche sociale puisqu’avant 1960 et la loi de Fidel Castro interdisant la ségrégation raciale, les noirs étaient le plus souvent exploités et cantonnés aux tâches agricoles.

Thumb sm
Cuba's New Entrepreneurs 06
Santa Clara
By Conteur d'images
08 Feb 2015

Miguel opens the traditional iron gates of his house to show the public his new merchandise. Since 14 January 2013 and the relaxation of the laws on passports, he frequently leaves the country to visit his cousin in Mexico where he buys fashionable clothing and designer shoes. Proud of his success, he earns today over 200 dollars a day. Recently, he hired a security guard to monitor the entrance to his house.

Miguel ouvre les traditionnelles portes en fer forgé de sa maison pour exposer au public sa nouvelle marchandise. Depuis le 14 janvier 2013 et l’assouplissement de la loi sur la délivrance des passeports, il peut sortir du pays comme bon lui semble et visiter son cousin au Mexique pour s’approvisionner en vêtements à la mode et chaussures de marque. Fier de sa réussite, il affirme gagner aujourd’hui plus de 200 dollars par jour. Depuis peu, il a d’ailleurs engagé un agent de sécurité pour surveiller l’entrée de sa maison.

Thumb sm
Cuba's New Entrepreneurs 03
Santa Clara
By Conteur d'images
27 Jan 2015

Since 1962, Cuba has been the victim of an economic, commercial and financial embargo from the United States of America. To cope with this difficult situation that deprives people of the most common consumer goods, the Cuban diaspora took things into their own hands. Barbara is a former Salsa teacher who returned to Santa Clara after 16 years of exile in Europe. Several times a year she makes a trip between Italy and Cuba carrying suitcases full of clothes and electronic goods in order to supply the new private shops of the downtown area.

Depuis 1962 Cuba est victime de l’embargo économique, commercial et financier des États-Unis. Pour faire face à cette situation difficile qui prive la population des biens de consommation les plus courants, la diaspora cubaine a pris les choses en main. Barbara, professeure de Salsa revenue vivre à Santa Clara après 16 ans d’exil en Europe, fait plusieurs fois par an l’aller-retour entre l’Italie et Cuba les valises pleines de vêtements et d’appareils électroniques achetés à rabais pour approvisionner les maisons-boutiques du centre-ville.

Thumb sm
Cuba's New Entrepreneurs 04
Santa Clara
By Conteur d'images
15 Feb 2015

Antonio and Alexei own the most popular fashion store in the city. They see the liberalization of the cuban economy as the starting point of a new model of consumption that will greatly improve their living conditions. With the money they earn selling goods supplied by the Cuban diaspora, they can consume in other shops, hair salons and new restaurants. They say thus new economic system benefits all residents of Santa Clara.

Antonio et Alexeï tiennent la boutique de mode la plus prisée de la ville. Ils voient dans ce mode d’approvisionnement exclusivement cubain le point de départ d’un nouveau modèle de consommation qui va grandement améliorer leurs conditions de vie. Avec l’argent des ventes provenant de la marchandise fournie par Barbara et d’autres expatriés, ils peuvent à leur tour consommer dans les autres boutiques, salons de coiffure et nouveaux restaurants de la ville. Au final, c’est un circuit économique qui bénéficie à tous les habitants de Santa Clara.

Thumb sm
Cuba's New Entrepreneurs 01
Santa Clara
By Conteur d'images
11 Feb 2015

Until today, Santa Clara is best known for being the first city conquered during the Cuban revolution by the troops of Che Guevara on December 28, 1958. Ironically, this city of 200,000 inhabitants in the center of the island is now at the forefront of economic liberalization in Cuba. Every month, dozens of private shops are opening downtown next to the deserted public stores.

Jusqu’à maintenant, Santa Clara était surtout connue pour avoir été la première ville conquise par les troupes de Che Guevara le 28 décembre 1958 lors de la révolution socialiste cubaine.
Ironie de l’histoire, cette ville de 200 000 habitants au centre de l’île est aujourd’hui à l’avant garde de la libéralisation de l’économie à Cuba. À deux pas des grands magasins d’état aux allées à moitié vides du boulevard Independancia, des dizaines de boutiques privées s’ouvrent chaque mois dans les rues populaires du centre-ville.

Thumb sm
Cuba's New Entrepreneurs 02
Santa Clara
By Conteur d'images
14 Jan 2015

In Cuba, the economic revolution started on September 24, 2010 when the government of Raul Castro authorised the opening of private businesses. As most city dwellers do not have the funds to rent a space but occupy their houses for free, they have begun transforming one room into a shop. They sell clothes, shoes, computers, and food products that can not be found in public stores. They also offer services such as jewellery repair.

À Cuba, la révolution économique est en marche depuis le 24 septembre 2010 quand le gouvernement de Raoul Castro autorisa l’ouverture de commerces privés. Comme la plupart des citadins n’avaient pas les moyens de louer un local mais occupaient leur maison gratuitement, ils transformèrent la pièce qui donne sur la rue en boutique. Ils y vendent aujourd’hui jeans griffés, équipement informatique dernier cri, services de réparation de bijoux et même certains produits alimentaires introuvables dans les magasins d’État.

Frame 0004
A Biodiversity Odyssey (EN)
Worldwide
By Conteur d'images
06 Mar 2015

To celebrate the United Nations Decade on Biodiversity 2011-2020, an environmentalist and a photojournalist visited 10 countries in 300 days in order to discover the most innovative solutions implemented by the peoples of the world to preserve the biodiversity of our planet. A fabulous educational journey through the Amazon, the Arabian desert, the Andes, the Pacific Ocean and more!

TEXTLESS, NATURAL SOUND VERSION / CONFORMED DIALOGUES AVAILABLE ON REQUEST.

Frame 0004
Épisode 12 - L'avenir de la biodiversité
By Conteur d'images
01 Jan 2013

Les deux aventuriers sont de retour au Canada après un tour du monde de 300 jours où ils ont dévoilé les solutions les plus innovantes mises en place par les peuples du monde pour préserver la biodiversité de notre planète.

Frame 0004
Épisode 11 - Le ciment pour la vie
By Conteur d'images
01 Jan 2013

Dans le sud du Vietnam, la course au développement urbain a noyé le paysage dans un épais nuage de fumé grise, produit par des cimenteries de plus en plus nombreuses. Devant la menace qui pèse sur la biodiversité locale, une entreprise à l’écoute de son temps pose les bases de la cimenterie responsable de demain.

Frame 0004
Épisode 10 - Histoire verte d’un hôte...
By Conteur d'images
01 Jan 2013

Dans le monde entier, la province de Phuket en Thaïlande est connue comme un lieu de divertissement total. Alors que la plupart des hôtels de luxe se livrent à toutes les excentricités au mépris de l’environnement, l’hôtel Banyan Tree a choisit de tout miser sur la symbiose entre ses clients et la biodiversité locale.

Frame 0004
Épisode 9 - Ailes d’après-guerre
By Conteur d'images
01 Jan 2013

Durant près de 30 ans, la ville de Jaffna fut le théâtre d’une guerre sans merci entre le gouvernement cingalais et les mouvement des Tigres de libération de l’Îlam Tamoul. Devant le lourd tribu payé à la fois par la biodiversité et les enfants tamouls, l’éminent ornitologhe Sarath W. Kotagama a décidé de concilier les deux dans un programme de réhabilitation sans précédent.

Frame 0004
Épisode 8 - Récifs coralliens et jard...
By Conteur d'images
01 Jan 2013

Partie 1 : Sa majesté la Princesse Basma bint Ali du Royaume Hachémite de Jordanie nous fait découvrir son jardin secret, véritable oasis de biodiversité au milieu du désert.
Partie 2 : Dans le golfe d’Aquaba, les récifs coralliens disparaissent peu à peu sous les coups du tourisme de mass et des échanges commerciaux maritimes trop nombreux. Pourtant, une ONG locale entend bien les ressusciter.

Frame 0004
Épisode 7 - 100 millions de palétuviers
By Conteur d'images
01 Jan 2013

Dans le delta du Sine Saloum, les palétuviers sont une ressource vitale pour les communautés rurales. Devant la mort lente de leur mangrove, les villageois prennent les pousses en main pour la plus grande campagne de reboisement au monde.

Frame 0004
Épisode 6 - Huile d'argan et femmes r...
N12,Morocco
By Conteur d'images
01 Jan 2013

Dans le sud du Maroc, une coopérative féminine de l’ethnie Amazigh lutte chaque jour pour faire valoir les droits des femmes et protéger l’Arganier, arbre sacré du Maroc.

Frame 0004
Épisode 5 - Des barrières de puits de...
By Conteur d'images
01 Jan 2013

Partie 1 : Dans le nord de la Patagonie, les gardiens du Parc de la Payunia luttent contre l’invasion pétrolière et le braconnage pour sauver le Guanaco.
Partie 2 : Dans le village d’Andalgala, les mines à ciel ouvert menacent la population et la biodiversité sous le regard complice des autorités.

Frame 0004
Épisode 4 - Patates génétiquement pro...
By Conteur d'images
01 Jan 2013

Au Pérou, la pomme de terre est bien plus qu’un moyen de subsistance. Sa diversité, sa résistance et son importance dans les croyances locales remontent sont liées à l’un des secrets Incas les mieux gardés.

Frame 0004
Épisode 3 - La frontière de vie
By Conteur d'images
01 Jan 2013

En plein coeur de l’Amazonie équatorienne, une petite communauté d’indigènes Kischwas est persécutée pour les ressources pétrolières que renferme son territoire sacré. Mais aujourd’hui, le village de Sarayaku a trouvé un nouveau moyen de résister à l’envahisseur.

Frame 0004
Épisode 2 - Prédateurs marins en danger
By Conteur d'images
01 Jan 2013

Au Costa Rica, les requins, garants de l’équilibre marin, sont aujourd’hui menacés par la surpêche. Heureusement, l’environnementaliste Randall Arauz et l’ONG PRETOMA déploient des actions innovantes pour les protéger.

Frame 0004
Épisode 1 - Rencontre avec la biodive...
By Conteur d'images
01 Jan 2013

Afin de célébrer la Décennie des Nations Unies pour la biodiversité 2011-2020, un environnementaliste et un photojournaliste canadiens parcourent 10 pays en 300 jours pour rapporter les solutions les plus innovantes mises en place par les peuples du monde pour préserver la biodiversité de notre planète.

Document thumbnail
¡Los Gayrilleros al asalto del escena...
By Conteur d'images
07 Oct 2014

En Cuba, la comunidad transexual está perseguida por las autoridades, pero resiste en un teatro de la ciudad de Santa Clara, El Mejunje, que utiliza las artes escénicas como medio de integración social.

Document thumbnail
Gayrillas Storm the Stage
By Conteur d'images
06 Oct 2014

In Cuba, the transsexual community is persecuted by authorities, but resistance is strong in the city of Santa Clara. Here the arts are serving the cause of social integration at a theatre called El Mejunje.

Thumb sm
Gayrilleros26
santa clara, cuba
By Conteur d'images
03 Oct 2014

Built some 28 years ago on the ruins of a luxury American hotel, “The Oriental”, it is the only theatre in Cuba where the state tolerates the performances of transsexual artists. In the beginning, we had only a few homosexuals in the audience, and it was very clandestine. But over the years, despite pressure from the police, the talent of the artists has drawn a wider and larger audience.

Construit en 1986 sur les ruines de ce qui fut jadis un hôtel de luxe américain, El Mejunje est un théâtre en plein air situé à Santa Clara, la cinquième ville la plus peuplée de Cuba. Les premières années, seuls quelques homosexuels assistaient aux représentations, encore clandestines. Au fil des ans, le talent des artistes a attiré un public plus large — composé d’homosexuels, mais également d’hétérosexuels —, ce qui a fini par convaincre les autorités locales de laisser le théâtre diffuser ses spectacles axés sur le travestisme.

Construido en 1986 sobre las ruinas de lo que fue un hotel de lujo, El Mejunje es un teatro al aire libre ubicado en Santa Clara, la quinta ciudad más poblada de Cuba. Los primeros años, sólo unos pocos homosexuales asisten a las actuaciones clandestina. Con los años, el talento de los artistas atrajo a un público más amplio - compuesto por los homosexuales sino también heterosexuales - que finalmente convencieron a las autoridades locales a autorizar los espectáculos transexuales en el teatro.

Thumb sm
Gayrilleros10
santa clara, cuba
By Conteur d'images
03 Oct 2014

Artists receive no fixed pay and survive on tips alone. The audience pays a very low cover charge so that El Mejunje can remain accessible to everyone. Every transsexual hopes to earn enough to live acceptably and continue to practice their arts.

Les artistes sont rémunérés uniquement avec les pourboires des spectateurs, qui payent un prix d’entrée très bas, pour qu’El Mejunje reste un théâtre populaire. Chaque transsexuel espère gagner un cachet suffisant pour vivre correctement et continuer à exercer son art.

Las artistas son remuneradas únicamente con las propinas de los espectadores, que pagan un precio de entrada muy bajo, para que El Mejunjue siga siendo un teatro popular. Cada transexual espera ganar un cachet suficiente para vivir correctamente y seguir ejerciendo su arte.

Thumb sm
Gayrilleros9
santa clara, cuba
By Conteur d'images
03 Oct 2014

Angela worked and saved for months in order to perfect her costume for the “Miss Trans Cuba 2011” pageant.

Angela a travaillé et économisé pendant des mois pour confectionner son costume de "Miss Trans Cuba 2011".

Ángela ha trabajado y ahorrado durante meses para confeccionar su traje de “Miss Trans Cuba 2011”

Thumb sm
Gayrilleros8
santa clara, cuba
By Conteur d'images
03 Oct 2014

Certain artists, such as Juan and Lorenzo of the dancing quartet “The Dream Boys”, portray feminine characters without having started hormonal treatments. They consider themselves to be primarily “transformists”, though some of them will one day become transsexuals.

Juan et Lorenzo, membres du quatuor de danseurs homosexuels The Dream Boys, sont considérés comme des transformistes, étant donné qu’ils interprètent des rôles féminins. Originaires de La Havane, ils se rendent tous les hivers à Santa Clara pour donner des représentations. Contrairement aux artistes transsexuels, ils ne souhaitent pas changer de sexe et n’arborent pas de vêtements féminins en dehors de la scène.

Ciertos artistas, como Juan y Lorenzo del cuarteto de bailarines gays “The Dream Boys”, interpretan personajes femeninos pero todavía no toman tratamiento hormonal. Se consideran ante todo como transformistas, antes de convertirse, para ciertos, en transexuales.

Thumb sm
Gayrilleros7
santa clara, cuba
By Conteur d'images
03 Oct 2014

El Mejunje’s first great performer, the oft-imprisoned Laura is an icon of transsexual resistance in Cuba. Overwhelmed at the end of her performance, she is assisted by spectators who shower her with money and gifts.

Première artiste à s’être produite à El Mejunje et emprisonnée à plusieurs reprises, Laura est perçue comme une icône de la résistance transsexuelle à Cuba. Très émue la fin de sa prestation, les spectateurs l’aident à se relever en la couvrant de billets et de cadeaux.

Primera artista en actuar en El Mejunje y encarcelada en varias ocasiones, Laura es percibida como un icono de resistencia transexual en Cuba. Muy emocionados por el fin de su prestación, los espectadores le ayudan a levantarse cubriéndola de billetes y regalos.